Après avoir marqué l’an dernier le début et la fin de la plus courte saison chorégraphique qui soit, du 10 au 19 septembre prochain, le festival le Temps d’Aimer connaîtra sa 31ème édition.  Dans l’intervalle, afin de perpétuer la manifestation par ces temps difficiles d’instabilités, le conseil d’administration de Biarritz Culture présidé par Jakes Abeberry et le conseil d’administration du Malandain Ballet Biarritz présidé par Catherine Pégard, ont validé à l’unanimité son intégration et celle de son équipe au sein du Centre Chorégraphique National. Je veux ici remercier tout particulièrement Jakes Abeberry, personnalité emblématique de la culture et de la vie politique au Pays basque, qui en amant sans frein de Terpsichore fonda le Temps d’Aimer. Suivant le vœu confiant de Maider Arosteguy, maire de Biarritz, il nous appartient désormais de poursuivre son œuvre culturelle dévouée au bonheur public. Ceci avec gratitude et humilité, en se gardant d’imiter la grenouille de la fable, même si pour être vénéré dans bien des mythologies comme symbole de transition, de transformation, de résurrection, l’animal aux pieds verts a été choisi pour promouvoir cette édition.

Évoquant la couleur de l’espérance, avec le soutien du Groupe SUEZ, ladite grenouille, orgueilleuse de ses fonctions de baromètre manifestera aussi le nouvel engagement éco-responsable du festival. On se réjouira également du partenariat avec l’Atabal, la scène de musiques actuelles de Biarritz et d’une première collaboration avec la Scène nationale du Sud-Aquitain donnant lieu à des représentations à Bayonne et Anglet, et d’autres en collaboration avec les villes de Mauléon, Saint-Palais et Saint-Pée-sur-Nivelle. Autrement, osons le mot, par solidarité nationale, les compagnies à l’affiche de ce retour à la vie artistique et sociale seront hexagonales ou bien euro-régionales, puisqu’au Pays basque les vapeurs nuageuses de la danse ne s’arrêtent pas aux frontières. Mais rassurez-vous, à l’analyse, même à fortes doses les exhalaisons chorégraphiques sont bien tolérées par l’organisme. Le seul effet secondaire observé étant d’aimer le Temps d’Aimer. Attendu que l’amour embellit tout, c’est à notre échelle le vœu le plus ardent que nous puissions formuler.

Thierry Malandain
Directeur artistique du festival

COMPAGNIES À L'AFFICHE

BILLETTERIE


CARTE TEMPS D’AIMER
30% de réduction sur le plein tarif.
CLIQUEZ ICI

Pour découvrir les autres tarifs, cliquez ici

→ Pour réserver vos places, cliquez ici