Présentation

Une histoire 
Avec l’idée de tracer au cordeau un trait d’union entre la belle époque et la belle saison, entre les feux d’un passé culturel et l’éclat prometteur d’un avenir rayonnant, le Temps d’Aimer a creusé depuis trente ans son sillon dans les grands festivals de danse. Un festival créé par Biarritz Culture qui lors des premières éditions accueillait les plus grandes compagnies : Ballets de Monte-Carlo, Ballet du Kirov, Ballet de Francfort avec William Forsythe, Ballet du Grand Théâtre de Genève avec Ohad Naharin, Dance Theater of Harlem et le Ballet de Madrid de Victor Ullate, qui a impulsé le tempo de ce festival. Et puis la danse basque avec le répertoire, des danseurs des sept provinces et les balbutiements contemporains de tous les chorégraphes qui ont réinventé ici le pas de basque.

Un festival pluriel national et international 
Ainsi s’est affirmé un festival singulier, ne cédant à aucune mode et surtout pas à une spécialisation, refusant l’étiquetage et s’ouvrant encore davantage au flamenco ou au hip-hop dans l’appétit vorace du triomphe des expériences mêlées.
Le public a suivi, du théâtre de la Gare du Midi à ceux du Casino et du Colisée, avant que ces théâtres ne contiennent plus cette ferveur qui s’étalait, dès le début des années 2000, sur les places ou les plages, dans les quartiers, au gré de représentations contagieuses, de répétitions publiques ou d’une emblématique Gigabarre.
Tout en côtoyant la création contemporaine, le néo-classique a creusé ici son sillon, consacrant notamment l’implantation du CCN Malandain Ballet Biarritz en 1998 donnant au festival son directeur artistique actuel, Thierry Malandain.
Cette grande liberté, qui a participé à l’émergence d’un public averti et multigénérationnel, est aussi la marque de la danse qui, aujourd’hui plus qu’hier, abolit les frontières.
Le Temps d’Aimer a contribué d’une manière singulière la création internationale. La ligne de force de ce festival demeure dans cette programmation plurielle, condition sina qua non d’une expression artistique inspirée car libre.

 

Un nouvel élan 

Aujourd’hui pour sa 31ème édition, le festival engage sa transition écoresponsable pour les années à venir avec le soutien de SUEZ et l’accompagnement de la Water Family.
Le festival adopte aussi une nouvelle ambition territoriale ; en 2021, il s’étend sur 6 villes et 7 Théâtres de la Communauté Pays Basque et donne toujours priorité à son rayonnement international.
Et s’il est le temps des métamorphoses nécessaires, le Temps d’Aimer reste fidèle au pluralisme des esthétiques inscrit dans son ADN, tout en faisant cette année la part belle aux Ballets et aux grands ensembles.
En tout, 29 compagnies, 6 créations, 5 ballets, des spectacles en plein air, des répétitions publiques, des conférences, des expositions, des journées professionnelles qui pendant 10 jours font battre le cœur de la danse avec la promesse toujours renouvelée de cette rencontre précieuse entre la danse et tous les publics.