L’Edito de Thierry Malandain

 

Bien qu’il n’y ait pas d’âge, ni de saison pour être émerveillé et séduit, voici venir le Temps d’Aimer la Danse.

A travers les préoccupations absorbantes du quotidien : le temps de se réjouir d’un plaisir, de laisser libre cours au rêve, de se promener par des paysages souriants ou graves.

«Perdue est la journée où l’on n’a pas dansé une seule fois » disait Friedrich Nietzsche. Dans ce coin du coeur où, paraît-il, l’on a toujours vingt ans, il faut donc danser jour après jour, mais aussi se rassembler, s’unir pour de merveilleux soulagements quand vient le temps de célébrer un art qui innove, surprend et console.