LE CORPS EN MOUVEMENT

Quand l'art donne corps au mouvement

Informations pratiques

 Par Jean-Philippe Mercé, conseiller pédagogique en arts visuels

Faut-il rappeler que depuis les débuts de la création, la quête primordiale de l’artiste est de représenter le monde dans lequel il évolue. Or, tout comme ce dernier, l’homme est en perpétuel mouvement, preuve manifeste de sa nature d’être vivant. La représentation de ce mouvement devient ainsi un enjeu permanent et inévitable dans l’histoire de l’art.
Il s’agit effectivement d’un véritable défi puisque le mouvement construit sa réalité par l’engagement du corps dans l’espace et le temps. Parce que la planéité du support de création contraint cette double inscription, les artistes ont dû inventer quelques subterfuges plastiques, entre hésitations formelles, gestuelles exagérées et décompositions de mouvement. Deux inventions ouvriront ensuite un incroyable champ de possibles : la perspective au XVème siècle, par l’illusion d’un espace tridimensionnel et centré dans lequel le corps peut alors s’inscrire, et la photographie au XIXème siècle qui permettra de déconstruire le mouvement dans les moindres étapes.
Observons alors cette merveilleuse évolution, œuvrant encore aujourd’hui par l’utilisation du mouvement comme véritable moyen et objet de création, rythmant l’histoire de l’art d’une dynamique corporelle inédite.