Aux frontières de la danse

Pauvre Salia Sanou qui fait voler les frontières dans ces pièces. Le chorégraphe de Clameur des arènes ne parvient pas à s’en affranchir dans la vraie vie. Après avoir dû remonter la pièce, à Biarritz, pour une histoire de danseurs sans visas bloqués en Afrique, voilà que son pays, le Burkina, ferme ses frontières. Impossible donc d’y rentrer. Un militaire peu loquace a fait le coup vintage du putsch brutal, dans la grande tradition des ballets autoritaires. Heureusement, le “balai citoyen” qui avait viré le précédent reprend du poil.